Qui suis-je ?

Nom : Mikael Piris

Psychanalyse et Peinture
Domicile :Le Petit Paris

 

PEINTURE SOUS INFLUENCE

 

La psychanalyse partage avec l'art l'ambition d'aller au-dedans, de pouvoir entendre l'inaudible et de voir ce qu'on ne voit pas, elle s'applique au symptôme clinique qui est l'expression d'une satisfaction sauvage et douloureuse de la pulsion. Dans l'art se créent des oeuvres qui sont elles aussi des symptômes puisqu'il faut les déchiffrer. Mais ces symptômes éveillent nos désirs en proposant des langages et images nouveaux à notre sensibilité. Ils nous donnent ainsi des aperçus sur les régions les plus opaques de notre jouissance. Vous pourrez découvrir par le biais de certains tableaux des fragments de ma propre analyse retranscris dans une création de la pensée inconsciente devenue consciente qui prend le sens de la parole reçu de "l'intérieur", la création n'est pas réfléchie en tant que telle car elle essaie de prendre le chemin de ce qui se trame dans l'analyse quand les éléments prennent place en nous sans les avoir mentalisés. Lacan visite la peinture en se laissant enseigner par ce que le montage du tableau révèle de la représentation du sujet comme peut le faire un analyste dans une cure. Les actes, les paroles qui s'apparentent à des erreurs peuvent être compris comme étant des "actes réussis" d'ou la parole inconsciente prend place dans un paysage au même titre  que la peinture, on peut donc y voir l'expression d'un compromis dans un conflit psychique sous-jacent (entre pulsions contradictoires) ou représenter la satisfaction d'un désir. Lacan parle de "parlêtre", moi je me risque à parler de "parlart" peinture qui s'en empare pour les livrer dans ses créations pour atteindre le spectateur dans son intimité ; la psychanalyse quant à elle, cherche à les éclairer. Dans les deux cas, l'une allant vers l'autre et réciproquement, elles se croisent au sein de ce que l'ont peut appeler une ouverture à l'autre.

Juste anotation clinique de lacan : "quand je rêve, les images, activement, ça montre, en effet,... et je regarde pour m'interroger : que puis je y comprendre de ce que ça (me) montre ? Alors qu'à l'état de veille, lors d'une exposition, certains tableaux exposés ça me regarde, donc je regarde le tableau mais jusqu'à oublier, qu'aussi, ça montre. Toute cette notion réside dans l'acceptation d'une raisonnance intime.

Dans cette présentation le plus souvent les tableaux répondent à un désir de recherche de l'intime dans le cadre. Les ratures, fautes etc... que l'on peut retrouver peuvent être comparées à des actes manqués ou réussis.

 

Bonne visite.

 

 

Actualité

Le thème de la présentation virtuelle :

Peinture sous influence.

 

Citation de Mrs Freud :

HEADS I WIN TAILS YOU LOSE